mercredi , 13 décembre 2017
Dernières nouvelles

Looking to buy essays from a reputable online sample writing company? buy essay online from InstantWritings are trusted, reviewed and verified.

Accueil » Actualités » VIE ET MORT DE CASTRO : LEÇONS A TIRER PAR LES JEUNES

VIE ET MORT DE CASTRO : LEÇONS A TIRER PAR LES JEUNES

L’AFCD et l’AUDA rendent hommage à Fidel Castro à Dschang.

 

L’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang (AFCD) et l’association AUDA ont organisé une conférence publique, dans le but de montrer à la jeunesse ce qu’elle peut retenir des années de pouvoir de Castro.

 

Survenu le vendredi 25 novembre 2016, le décès de l’ex-leader cubain, Fidel Castro, a été le prétexte à l’organisation d’une conférence, le 7 décembre passé, dans la salle Manu Dibango de l’AFCD. Cette rencontre a été initiée par l’Alliance Franco-Camerounaise de Dschang (AFCD), en partenariat avec l’association Action pour l’Unité et le Développement de l’Afrique (AUDA).

Le fil conducteur de cette conférence a eu pour thème : “Vie et mort de Fidel Castro : Quelles leçons ?” Ce thème a été décomposé en trois questions essentielles : Qui est réellement Castro ? Quel a été son apport dans la révolution cubaine d’une part et, d’autre part, en faveur des mouvements de libération en Amérique Latine et en Afrique ? Quelles leçons en tirer pour la jeunesse africaine ?

Face au public présent à ce rendez-vous, trois personnalités locales ont constitué le panel. Elles ont eu pour noms : René Tchaptchet, professeur des lycées, enseignant d’histoire, modérateur ; Dr Jean-Claude Tchouankap, essayiste, enseignant-chercheur en histoire, intervenant ; Lionel Ghislain Guechoua, chercheur en langue et culture hispaniques à l’université de Dschang, intervenant.

Tout Homme ayant ses travers et ses zones d’ombre, le panel a mis l’accent sur les qualités du défunt. Et les repères historiques posés autour de la vie de ce leader, qui a fait de Cuba un symbole de dignité et de résistance, ont aidé l’assistance à retourner chez elle, mieux éclairée qu’elle ne l’était à son entrée en salle.

Né le vendredi 13 août 1926 dans une famille riche, Castro est décédé un autre vendredi, le 25 novembre 2016. Toute « (…) son enfance a été marquée par des chants qui ont rappelé la première guerre mondiale, tout en interrogeant l’avenir… » Il n’a que treize ans quand a éclaté la Grande guerre. Pourtant, il avait déjà eu à écrire au président de la superpuissance américaine.

En 1953, quand il engage l’action qui le conduira plus tard au pouvoir, le milieu de cette décennie « (…) est à la charnière de l’histoire, avec le positionnement de grandes figures sur la scène publique… » Pour illustrer ce propos, les panélistes ont cité quelques exemples : en 1953, au Cameroun, Um Nyobè s’exprime devant l’Assemblée Générale des Nations Unies, à New York ; en 1954, en Indochine, la France chute lourdement face aux troupes du général Hô Chi Ming ; presqu’au même moment, les leaders du Front de libération nationale Algérien (FLN) s’engagent dans la guerre d’Algérie…

A sa prise du pouvoir le 1er janvier 1959, Castro a trente-trois (33) ans, comme Jésus Christ. Tout au long de ses quarante-sept (47) années de gestion du pouvoir suprême dans son pays, Castro a essuyé victorieusement six cent trente-sept (637) coups d’Etat…

L’accumulation de constats de ce genre a amené nombre d’observateurs à postuler, que la seule force de l’individu n’aurait pu suffire à expliquer cette réalité, avant de conclure, en cœur avec Dr Tchouankap, qu’il « (…) s’est agi de l’avènement d’un homme envoyé par la providence, pour passer un message au monde entier, pendant toutes ses années de pouvoir… »

Un exemple pour la jeunesse africaine, malgré ses travers.

En guise d’apport en faveur des mouvements de libération en Afrique, le chercheur Tchouankap a remarqué que, à l’image de Castro, Nelson Mandela a choisi d’assurer sa propre plaidoirie, lorsque le régime d’apartheid l’a traduit devant la justice. Et cette approche lui a permis de faire le procès du système répressif en place.

Sur un autre plan, le parcours de ce dirigeant, fait d’actes de défiance permanente à l’égard du géant américain, a semblé montrer aux africains qu’ils pouvaient tenir tête aux puissances coloniales, en avançant groupés autour d’un leader charismatique.

Au nombre des leçons que la jeunesse africaine peut apprendre de la trajectoire de Fidel Castro, notons d’emblée qu’à sa prise du pouvoir, il s’est attaqué aux problèmes liés à quatre aspects de la vie de l’Homme : l’alimentation, l’éducation, le logement et l’industrialisation.

Bien sûr, il n’a pas résolu tous les problèmes sociaux. Cependant, il a essayé d’apporter une réponse aux préoccupations, qui ont fondé son engagement politique. Au soir de sa vie, “l’indice de développement humain (IDH)” de Cuba a montré que l’île a, sur le plan mondial : l’un des meilleurs systèmes de santé, l’un des plus grands ratios médecins/habitants, un taux de scolarisation supérieur à quatre-vingt dix pour cent (90%)…

Roch Kenfack

jizzrain.com/vd/15785-video

Check Also

erta-ekosso-entoure-de-son-orchestre

ANIMATION ARTISTICO-CULTURELLE DE HAUTE FACTURE A DSCHANG : L’Alliance Franco-camerounaise de Dschang a bougé en février dernier.

En réussissant l’organisation de trois événements de grande envergure, l’Alliance Franco-camerounaise de Dschang a tenu …